Bilan lecture: Janvier

Le bilan lecture, c’est une habitude que je ne souhaitais pas perdre avec ce nouveau blog. Au contraire, le nom du site est dû aussi à cette rubrique. En effet, « mamicreation » avait été soumis comme idée, mais la lecture n’entrait pas dans cette appellation et puis le premier carnet tenu est celui de la lecture… Voilà comment est né le nom de ce site.

Bref, passons aux choses sérieuses, qu’ai-je lu durant le mois de janvier?

  • Le chagrin du roi mort. Jean-Claude Mourlevat

«C’est une petite île froide, quelque part dans le nord. Le vieux roi est mort. Son corps repose sur un lit de pierre, sur la Grand-Place. Il neige. Il sera question de séparation, de guerre, de trois ciels différents, d’un premier amour. Il y aura une prophétie, des êtres qui se perdent dans l’immensité, une sorcière qui mange des têtes de rat…»

Lu en grande partie durant les vacances de Noël, douillettement tranquille chez mes parents, mais aussi un peu à Paris où je suis partie avec mon frère et des amis avec qui j’ai grandi… C’est agréable de voir comment des livres nous rappellent certains souvenirs et seront toujours associés à eux…

Bref, j’ai beaucoup aimé me plonger dans cet autre monde, froid et lointain… Je me suis attachée aux personnages, à leur tristesse, à leur espoir mais aussi aux choix et décisions pas toujours évidents.

Un bon roman jeunesse que je recommande.

  • Max. Sarah Cohen Scali (469p.)

« Une fable historique glaçante, fascinante, dérangeante et provocatrice pour raconter le Lebensborn à travers le regard d’un enfant, prototype idéal. Une lecture dont on ne sort pas indemne.

Le roman débute en 1936 à Steinhöring, en Bavière, dans le premier foyer du programme « Lebensborn », initié par les services de Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis y mettent au monde les représentants de la race aryenne, afin de créer une jeunesse parfaite, destinée à régénérer l’Allemagne, puis l’Europe occupée par le Reich. Max, un bébé qui s’apprête à naître, déjà nourri de la doctrine nazie dans le ventre de sa mère, tient absolument à voir le jour le 20 avril, date anniversaire du Führer, afin d’être un prototype parfait. Max, rebaptisé Konrad, grandit, sans affection, sans tendresse, sans maman, selon les critères d’éducation de la doctrine nazie. A quatre ans, il devient la mascotte du foyer. On l’utilise pour aider à kidnapper des enfants polonais. A six ans, il fait un séjour à Kalish, une « école » où sont germanisés les enfants kidnappés. Là, il rencontre Lukas, un jeune Juif polonais rebelle, qui a tous les critères physiques de la race aryenne. Konrad se prend d’amitié pour lui. C’est la première fois qu’il s’attache à quelqu’un. A partir de cet instant, ses croyances nazies vont être sérieusement ébranlées… »

Commencé là aussi durant les vacances de Noël. J’en avais entendu parler, alors quand je l’ai vu passer au CDI, je n’ai pas résisté. Et je n’ai pas regretté.

Tout d’abord, on est dans le déni « non, ce n’est pas possible, ils n’ont pas pu penser à de telles choses », « non, ils n’ont pas pu faire ça »… et quelque part on sait bien que oui, mais c’est plus fort…

Ce livre est joliment construit. Le narrateur est Max, ce petit bébé conçu entre une femme triée sur le volet et un SS. Et ce petit bébé est élevé dans l’idéologie de l’Allemagne nazie d’Hitler.

Construit en 4 parties, 4 parties qui représentent des tournants dans la vie de Max, des prises de conscience, des combats, des injustices et une renaissance. Tout cela sans tomber dans les nazis méchants, les sauveurs gentils. Il y a un peu plus de nuances, ce que j’ai apprécié. Il s’agit là d’un livre très documenté, pas uniquement fictionnel.

Un livre que je recommande, mais qui doit absolument être présenté avant d’être donné à un jeune lecteur (conseillé à partir de 15ans), car le ton donné à ce récit pourrait passer pour de la propagande et certains passages pourraient être violents pour qui n’est pas sensibilisé.

 

  • La liste de mes envies. Grégoire Delacourt (186p.)

« Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras. Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie. Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison de la méchanceté. Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique lui tombent dessus. Ce jour-là, elle gagne beaucoup. Peut-être. »

Il m’a été prêté par une de mes amies, qui a même rencontré l’auteur (très sympathique d’après ses dires et la gentille dédicace) lors de la 25ème heure du livre au Mans (que ceux tentés de ricaner se taisent, Le Mans a son charme et présente des animations culturelles intéressantes, la preuve!)

Bref. Il s’agit là de ma déception du mois. J’avais beaucoup entendu parlé de ce livre, il a été encensé par la critique. J’avoue ne pas avoir accroché aux personnages, sentiment d’avoir été un peu volée (le thème présenté n’est finalement qu’un prétexte au reste… je m’attendais à une plus grande réflexion autour de la richesse.)

Pas transcendée, mais c’est souvent le cas lorsque je lis ou regarde quelque chose qui a été porté en triomphe, j’attends beaucoup.

Si je devais en conseiller un seul, mon choix se porterai vers Max. Je l’ai tellement bien vendu que j’ai même réussi à convaincre mon « vendeur de BD » de le lire (qui lit aussi des romans, je vous rassure… mais rarement les miens!)

Pour d’autres idées lecture, Méli est toujours fidèle au RDV, et j’espère pouvoir lire les vôtres!

Je vous dis au mois prochain pour d’autres lectures et à la semaine prochaine pour la robe 😉 (ça va faire comme pour les succès dont je vous parlais, vous l’attendez depuis tellement longtemps que vous allez être déçues!)

5 réflexions au sujet de « Bilan lecture: Janvier »

  1. Mélilotus

    Le chagrin du roi mort est dans ma Pal depuis tellement longtemps…. il va bien falloir que je m’y mette ;o)))
    J’avais beaucoup aimé La liste de mes envies, mais je l’ai lu avant d’en avoir trop entendu peut-être !
    Max semble être un indispensable…

    Répondre
  2. Leaureine

    Je suis tout à fait d’accord avec toi : « La liste de mes envies » m’a laissé un goût amer. Je m’attendais à une réflexion sur les rêves et la possibilité ou non de les réaliser… au final, un livre triste, à mes yeux, et qui ne méritait pas forcément tout ce tapage.
    « Max » me tente beaucoup, vivement que je retourne à la bibliothèque !

    En janvier, je n’ai lu que « Préparer les concours de la fonction publique territoriale – catégorie B » donc bon, pas folichon…. 🙂
    J’espère pouvoir vous suivre en février !

    Répondre
  3. theladyonthemoon

    À mon tour de te laisser un petit commentaire!
    Le nouveau design de ton blog est vraiment chouette! Simple et chic à la fois!
    J’avais envie de lire La liste de mes envies mais j’attends sa sortie en poche! Tellement de livres à lire!!
    Bonne semaine et à mardi!

    Répondre
  4. Véro

    Enfin, j’ai ma réponse!!!! La semaine dernière, impossible de retrouver le titre « le chagrin du roi mort »!!! Ma petit mémoire est parfois défaillante! Amusant que tu parles justement de ce livre qui n’est pas tout récent. Moi, en ce moment, je lis essentiellement des romans « jeunesse » (c’est mon métier!!) je viens de lire « une lentille égarée dans une boite de petit pois » de Jean-Luc Luciani et « Qui a tué Michka? » d’Irène Cohen-Janca, de bons romans pour jeunes ado.
    Je n’ai toujours pas lu « la liste de mes envies », roman toujours réservé dans ma médiathèque!!!

    Répondre
  5. martine

    Pas encore lu Max mais je sais qu’il le mériterait pourtant…
    Le chagrin du roi mort m’avait fait versé une larme en son temps mais je sais que je suis trop sensible…
    La liste de mes envies m’a beaucoup plu mais du coup je me demande s’il ne faut pas être un peu plus « vieille » pour l’aprécier… Qu’en penses-tu Méli ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.