Bilan lecture: Avril

  • Se battre jusqu’au bout. Lisa Niemi-Swayze ( 375 p.)

51vf0IMfHEL._SL500_AA300_

«Dans ce témoignage poignant, Lisa Niemi-Swayze nous livre sans détours le quotidien de son combat acharné contre la maladie et la mort. Elle parle avec une sincérité déchirante de la douleur du deuil, de la difficulté de se reconstruire, mais aussi du pouvoir de guérison que l’on découvre jour après jour au plus profond de soi. Un hymne à l’amour et à la force vitale de l’esprit humain.LISA NIEMI a rencontré Patrick Swayze quand elle avait quatorze ans… et ne l’a plus jamais quitté. En trente-cinq ans, elle a tout vécu à son côté, les hauts et les bas d’une carrière internationale, la célébrité envahissante, les problèmes d’alcool et l’ultime épreuve : le cancer qui a terrassé l’homme de sa vie. Elle a coécrit avec son mari le best-seller Time of My Life, et revient aujourd’hui avec ce récit bouleversant.»

En fan absolument de Patrick (c’est mon côté midinette!), j’avais lu The time of my life. Et comme mes parents me connaissent parfaitement, ils ont eu la bonne idée de trouver ce livre qui venait de sortir.

Si le premier était sympa à lire, celui-ci est un peu plus lourd (du point de vue du thème). En effet, on commence avec le diagnostique du cancer. Le livre raconte le combat de Patrick Swayze et sa femme durant cette année et demie (je crois). Pas hyper joyeux pour s’endormir, faut le lire quand on est en pleine forme, mais c’est fou comme la force de caractère aide dans la maladie (au début, il n’avait que 6 mois à vivre et savait que l’issue serait fatale!).

  • La vérité sur l’affaire Harry Quebert. Joël Dicker (664p.)

poster_189500

«À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.
Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?
Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.»

Acheté au CDI, il me tentait depuis un petit moment, j’en ai profité. Faut avoir un peu de temps et ne pas s’endormir au bout de 2 pages car sinon il va être long à lire et l’histoire difficile à suivre.

Dès le début on entre dans le vif du sujet avec la disparition de Nola Kellergan. Au fil des pages on avance dans l’enquête en même temps que Marcus et l’inspecteur de police, on a les mêmes doutes… La fin est surprenante.

Roman bien ficelé, je ne suis pas du tout adepte de romans policiers, mais celui-ci, j’ai accroché. Peut être quelques longueurs, mais bon… il fait plus de 600 pages quand même! Au bout d’un certain temps, je trépignais d’impatience!

  • Miss Sweety.  Valérie Saubade (286 p.) 

miss-sweety

« Septembre 2001. La discrète Samantha Fallow travaille à domicile à Hampstead, un quartier huppé de Londres. Couples en vrille, amours adolescentes, démon de midi ? Samantha, qui se cache derrière le pseudonyme de « Miss Sweety », répond à tous les cœurs brisés. Cette vie sans histoires est bouleversée le jour où elle reçoit, dans le courrier des lecteurs, une lettre la menaçant de mort. Ce n’est que la première d’une longue série… La police ne prend pas ces menaces au sérieux. Bien que n’ayant pas l’étoffe d’un détective, la jeune femme décide alors de découvrir qui est l’auteur de ces missives, avec l’aide de sa grand-mère et sa grand-tante. Le jour où elle retrouve ses propres cheveux, récemment coupés, dans sa boîte aux lettres, Samantha n’a plus que deux solutions : découvrir qui la tourmente ainsi ou s’enfuir…»

Offert par Martine pour Noël.

Alors là, c’est l’exemple type des 4èmes de couverture qui ne représentent pas du tout le contenu du livre. Ce qui fait qu’on est au début un peu déçue.

Alors, rectifions un peu:

– certes il y a cette histoire de lettres anonymes, mais bon, ce n’est pas beaucoup exploité dans le livre. On est plus centré sur l’héroïne, trentenaire qui a une phobie des transports en commun, ne sortant donc que très rarement, qui s’est enfermée dans une routine. Elle n’a aucune vie sociale à part sa grand-mère et sa grand-tante. Ainsi, on va parler de ces différents personnages avec beaucoup de retours en arrière au début (ce qui fait qu’on n’avance pas du tout dans l’enquête).

– elle ne va pas élucider le mystère avec sa grand-mère et sa grand-tante! Mais avec un autre personnage (je ne veux pas tout vous dire non plus!)

– le coup de la mèche de cheveux arrive dans le dernier tiers du livre, donc ça prouve qu’il se passe d’autres choses!

Un peu décevant quand même ce résumé! L’histoire se lit bien, mais quelques petites longueurs dues aux personnages (la grand-mère et la grand-tante ont un petit côté exaspérant de mon point de vue)

***

Si je devais conseiller un roman: La vérité sur l’affaire Harry Quebert.
Vraiment bien ficelé, une bonne intrigue.

Si je devais conseiller une BD: Vu le pavé que représente ce roman, je n’ai pas pris le temps de lire de BD. Les chapitres sont longs, l’histoire a des détails, je ne voulais pas mettre trop de temps à le lire afin de ne pas oublier certains détails. J’espère me rattraper le mois prochain.

Vous pouvez aller voir Méli pour son bilan ainsi que celui de Leaureine. Et comme à chaque fois, ce que vous lisez m’intéresse.

Bonne semaine!

5 réflexions au sujet de « Bilan lecture: Avril »

  1. Leaureine

    Moi aussi je suis fan de Patrick Swayze !!!!! En même temps, QUI ne tomberait pas sous le charme de « Johnny » virevoltant avec « Bébé » ? 🙂
    Pour autant, je ne suis pas trop fan des biographies. J’ai tendance à me trouver un petit côté « voyeur » quand je lis ces écrits, et du coup, je n’y prends pas de plaisir.

    Mon bilan de lecture d’avril est en ligne depuis ce matin !!!!
    Bon 1er mai !

    Répondre
  2. septfondesetoiles

    merci pour ta sélection; je devrais lire ton premier livre, cela me permettrait peut être d’avancer un peu dans mon deuil. le second polar me tente bien également.j’adore les longs livres.
    bon premier mai pour toi et un petit bouquet de muguet virtuel!

    Répondre
  3. Véro

    Je n’ai pas lu ces livres; Corentin va sûrement me prêter celui de Joël Dicker, qu’on lui a offert, il est arrivé au bout de ce pavé et il l’a beaucoup aimé aussi. Je viens de lire « Au pays des kangourous » de Gilles Paris (auteur de « autobiographie d’une courgette »), une belle histoire, assez poignante. Je viens de finir « le confident » de Hélène Grémillon, celui-ci, je n’arrivais pas à le lâcher. Tout comme « A Mélie sans mélo » que je viens tout juste de commencer.
    Sinon des livres pour plus jeunes mais très bien aussi: « Sako » de Martine Pouchain, « Victoria rêve » de Timothée de Fombelle…

    Répondre
  4. Laulafée

    Ça me fait toujours rire ce petit exercice de math avant d’écrire mon commentaire ! Mais mon commentaire sera court vu l’orage qui gronde dehors je vais vite tout éteindre ! J’espère avoir un peu plus le temps de lire avec l’été qui devrait finir par arriver… Je reviendrai noter des titres de livre que tu nous conseilles si bien ! Bonne lecture 🙂

    Répondre

Répondre à Véro Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.