Archives pour la catégorie Non classé

Celle qui faisait des cadeaux de naissance #1

P1020198Une collègue de l’année dernière vient d’avoir une petite fille. Je voulais lui offrir quelques petits cadeaux faits main.

L’avantage était que je connais les goûts, j’avais déjà vu la chambre du bébé, plus simple pour le choix des couleurs.

P1020204D’abord une petite chemise. C’est incroyable comme c’est petit! J’ai un peu galéré pour coudre l’encolure carrée: comment vous faites pour bien poser le biais dans les coins? Je me suis trompée en le posant d’ailleurs: je ne l’ai pas mis visible! Tant pis.

P1020205P1020206Comme à mon habitude, je fais toujours tout à la dernière minute. C’est pas comme si j’avais plusieurs mois pour préparer (ce qui me complique la tâche, c’est que plusieurs amies ont accouché en même temps, j’ai du retard!)

Ce qui explique que je n’ai pas eu le courage de faire des boutonnières (c’est toujours une grosse discussion avec ma MAC) alors j’ai choisi la simplicité et posé des pressions (j’ai terminé cette couture à 12h15 pour l’offrir à 13h30!)

P1020203

Patron : Tunique à encolure carrée, Intemporels pour bébés
Taille : 3 mois
Fournitures :
– cotons de Mondial Tissus
Difficulté
Temps
Patron
Les + du modèle :
– simple dans la forme et la réalisation
– unisexe
Les – du modèle :
– les manches demandent un peu de technique
A refaire ?
– Oui, certainement

 

Pour aller avec, un petit bloomer. J’adore vraiment ce modèle, j’aime bien l’effet cache couche!

P1020199Le seul problème d’offrir des cadeaux de naissance quand on a aucun bébé dans les parages, c’est que je ne sais pas quelles sont les proportions d’un bébé. J’ai coupé les élastiques en fonction du livre, j’espère que ce sera la bonne taille.

P1020201P1020200

Patron : Bloomer, intemporels pour bébés
Taille : 3 mois
Fournitures :
– Tissu: Coton de chez Mondial Tissus
Difficulté
Temps
Patron
Les + du modèle :
– très simple dans sa réalisation
– je trouve qu’il rend très bien sur un bébé
Les – du modèle :
– je n’en vois pas
A refaire ?
– oui, un classique

 

Et enfin, pour un souvenir qui durera plus de 3 semaines, j’ai crocheté mon premier doudou:

P1020195Ca n’a pas été simple. J’ai eu du mal à comprendre le début, avec l’anneau marqueur et tout et tout. En plus, j’aime beaucoup le rendu de cette laine, mais il y a plus simple à travailler. La pelote est bizarrement faite, ce qui fait que ma première en blanc c’est toute emmêlée. J’ai été obligée d’en prendre une autre… de plus, le fil à tendance à se dédoubler.

Au final ma poupée est vraiment grande, je crois 10 cm de plus que le modèle. Je ne sais pas du tout pourquoi!

J’ai un peu galéré pour l’assemblage de toutes les pièces (on voit bien la couture au niveau du cou).

Quant au visage, je n’ai pas voulu mettre les clips pour les yeux car je souhaitais l’offrir à un bébé. Mais je ne suis pas très douée pour la broderie. Je l’ai fait lors d’une soirée entre copines, heureusement, elles étaient là pour me donner leur avis… j’ai recommencé 3 fois avant d’être satisfaite.

Patron : Framboise, doudous aux crochets
Fournitures :
– Coton DMC Natura, les mêmes couleurs que le modèle du livre
Difficulté
Temps
Patron
Les + du modèle :
– la taille est bien, j’aime bien le doudou qui ne soit pas tout petit
– explications claires
Les – du modèle :
– manque de précision pour créer le visage: comment broder le nez?
– comment faire de belles couture
A refaire ?
– D’autres en projet

Celle qui avait besoin d’un pyjama

P1020191Comme je vous l’ai dit, depuis la rentrée je partage mon temps entre deux maisons. Il a donc fallu que je multiplie tout ce que j’utilise par deux (affaires de toilettes et pyjama).

Je trouve que les pyjamas sont excessivement chers et de plus en plus fins… c’était donc la bonne occasion pour moi de me lancer dans la fabrication d’une de mes tenues préférées.

P1020183Avant de me lancer, il a fallu que je liste mes critères: pantalon obligatoire (je déteste les chemises de nuit qui s’enroulent autour de moi, remonte…). Je le voulais agréable donc pas trop serré. Pour le haut, des manches longues car on file doucement vers l’hiver.

P1020180Pour le haut, facile, le modèle était déjà trouvé et approuvé, ce serait un plantain manches longues.

Pour le bas, c’était l’occasion de tester le pantalon Adonis d’Etoffes malicieuses.

Me restait ensuite à choisir les couleurs (un pyjama ne se fait pas à la légère, SVP!)

Une virée plus tard avec Julie dans un magasin de tissus et je trouvais ce superbe jersey en coton assez épais qui serait parfait… ement assorti à mon reste de tissu bleu à carreaux qui m’avait servi pour ma Datura (vous avez remarqué le petit jeu de mots?!).

C’était bon, je pouvais me lancer.

P1020187Pour le plantain, aucune difficultés, je commence à bien le connaître.

P1020218A force, je commence à mieux maîtriser la finition du col… n’ayant pas encore d’aiguilles double, j’ai fait 2 lignes à 0.5cm d’intervalle.

P1020214Petit patch sur les coudes. Cependant, la couture n’a pas très bien tenu (oui, j’ai un sommeil très agité… c’est pour ça, la chemise de nuit n’est pas indiquée!)

P1020219

Patron : Plantain, Deer and Doe
Taille : 40 pour un 40 commerce
Fournitures :
– Jersey coton rouge, Tissus de la Mine, Trélazé
Difficulté
Temps
Patron
Les + du modèle :
– bien ajusté sans être trop moulant
– déclinable à l’infini
Les – du modèle :
– L’encolure est très grande
A refaire ?
– Oui!

 

Pour le pantalon, pas de problème particulier. Une fois ma crise de larmes passées (quoi, je dois découper en 44?!!!! Mais je fais du 40… ok, les cuisses ne passent pas toujours… mais ça fout quand même un coup de prendre 2 tailles d’un coup d’un seull!) Il faut juste penser à marquer le devant et le dos si vous ne voulez pas faire comme moi et vous retrouver avec un dos cousu à un devant (ça fait une allure très spéciale!)

P1020220

Patron : pantalon Adonis, Couture pour femmes
Taille : 44 pour 40 commerce
Fournitures :
– Coton léger à carreaux, Myrtilles Tissus, Angers
Difficulté
Temps
Patron
Les + du modèle :
– très bien taillé! J’ai pu y mettre mes cuisses!
– style très décontracté
Les – du modèle :
– je n’en vois pas
A refaire ?
– Oui

 

J’ai déjà dormi plusieurs fois avec et c’est un vrai plaisir. Tout est très bien taillé, je suis à l’aise dans mes mouvements, pas serrée, je peux ainsi dormir comme un bébé!

P1020186

Une autre idée du bonheur

De Marc Lévy

1560La 4è de couverture est ici.

Vous qui commencez à bien me connaître, vous savez que j’ai lu tous les Marc Lévy mais que depuis quelques années, je suis un peu déçue.

Mais ça ne m’a jamais arrêtée pour acheter le nouveau. Bien que cette année j’ai complètement raté la date de sortie, une fois au courant je me suis empressée d’aller l’acheter (ça tombait bien, j’étais en train de finir celui en cours).

Et là… que du bonheur (héhé). Vraiment pas déçue. Un road movie féminin avec une intrigue qu’on démêle au fur et à mesure de l’histoire.

J’ai pris beaucoup de plaisir à parcourir les routes américaines. Je ne sais pas si Marc Lévy m’a entendu, mais qu’il continue comme ça!

Troupe 142

de Mike Dawson

troupe 142L’histoire est ici.

Cette BD, je l’ai lu un jour de surveillance de brevet et c’est vraiment parce que j’avais 3h à occuper que je l’ai lue jusqu’à la fin. Je n’ai pas été séduite par l’histoire.

Une succession d’évènements pas très drôles, un peu lourds. Je ne saurais pas dire pourquoi je n’ai pas trop aimé, mais je me suis ennuyée à la lire… (en plus, je ne reconnaissais pas les différents personnages!)

Blast- Pourvu que les bouddhistes se trompent

de Manu Larcenet

blast-tome-4-pourvu-que-bouddhistes-se-trompentPour la 4è de couverture, c’est ici.

Enfin la fin de cette histoire. Enfin, on touche au but, on va savoir qui a tué Carole Oudinot et pourquoi. Mais la nature humaine n’est pas si simple…

Une série de 4 BD, en noir et blanc, sauf les « blast » où l’homme est libéré de tout.

Un univers très noir et qui selon moi n’a rien à envier aux polars. Bien contente d’avoir tout lu, mais contente de ne pas avoir à me replonger dans cette histoire qui ne laisse pas indifférent et qui prend aux tripes…

A lire!

Pochette #2

6Modèle : Trousse à maquillage, La maison de Tilda, Tone Finnanger. Fournitures : Coton à pommes – Coton à motifs, Mini Labo Paillette, Angers

Après cette pochette, j’ai décidé de m’en faire une afin que moi aussi je puisse avoir une belle pochette pour transporter ma mini-pharmacie contre migraine (que je traîne malheureusement partout)

9Temps: 1h

Patron, modèle: Assez simple dans sa réalisation, bien expliqué. Le seul problème était avec la fermeture éclaire.

Remarque, modifications: Je n’ai rien changé!

8C’est une petite trousse parfaite, elle a la taille idéale et j’aime beaucoup sa forme arrondie.

10Je suis toujours gênée pour les coutures de fermetures éclaires, surtout quand il faut après retourner le tissu, ça fait des plis disgracieux.

11Avez-vous une technique?

Après ma super panoplie, je vais pouvoir ranger cette petite trousse dans mon sac… et je crois que là, au boulot, tout sera fait main!

7

Bilan lecture: juin

  • Confessions d’une accro du shopping. Sophie Kinsella (370 p.)

shopping

« Votre job vous ennuie à mourir ? Vos amours laissent à désirer ? Rien de tel qu’un peu de shopping pour se remonter le moral… C’est en tout cas la devise de Becky Bloomwood, une jolie Londonienne de vingt-cinq ans. Armée de ses cartes de crédit, la vie lui semble tout simplement magique ! Chaussures, accessoires, maquillage ou fringues sublimes… rien ne peut contenir sa fièvre acheteuse, pas même son effrayant découvert. Un comble, pour une journaliste financière qui conseille ses lecteurs en matière de budget ! Jusqu’au jour où, décidée à séduire Luke Brandon, un jeune et brillant businessman, Becky s’efforce de s’amender, un peu aidée, il est vrai, par son banquier, qui vient de bloquer ses comptes… Mais pourra-t-elle résister longtemps au vertige de l’achat et à l’appel vibrant des soldes ? »

Voici ma lecture durant la dernière ligne droite du concours et aussi pendant (le matin à 7h en attendant de passer pour éviter de regarder les autres et me sentir en dessous de tout… oublier que je suis là…)

Et bien, j’avoue que c’était une merveilleuse idée. Une petite lecture sans prise de tête, qui fait sourire, même si des fois cette Becky tape un peu sur les nerfs avec ses problèmes existentiels (devoir absolument acheter une écharpe d’une marque que je ne connais même pas!)

Plaisant, j’ai acheté la suite.

  • L’écume des jours. Boris Vian

ecume

« Un titre léger et lumineux qui annonce une histoire d’amour drôle ou grinçante, tendre ou grave, fascinante et inoubliable, composée par un écrivain de vingt-six ans. C’est un conte de l’époque du jazz et de la science-fiction, à la fois comique et poignant, heureux et tragique, féerique et déchirant. Dans cette oeuvre d’une modernité insolente, livre culte depuis plus de cinquante ans, Duke Ellington croise le dessin animé, Sartre devient une marionnette burlesque, la mort prend la forme d’un nénuphar, le cauchemar va jusqu’au bout du désespoir.
Mais seules deux choses demeurent éternelles et triomphantes : le bonheur ineffable de lamour absolu et la musique des Noirs américains. »

Ramené dans ma valise, prêté par ma très grande copine de toujours.

Ca faisait un moment que je voulais le lire, mais j’hésitais. Quand je me suis décidée à l’acheter, le film était sorti et c’était l’affiche du film en couverture, et je déteste acheter un livre avec l’affiche du film. Heureusement, ma copine m’a sauvée.

Bon, j’ai abandonné. Oui, je sais, c’est lâche, c’est un chef d’oeuvre de la littérature, honte à moi la fille qui n’a pas su en apprécier la poésie. Mais c’est peut être ça, je n’ai pas réussi à entrer dans cet univers. Tant pis…

  • Demain, j’arrête! Gilles Legardinier (404 p.)

j'arrete

« Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret.
Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons-nous fait le truc le plus idiot de notre vie ? »

Celui-ci, je l’avais beaucoup regardé, touché, sans jamais le prendre. Et puis un jour où je ne savais pas quoi lire, j’ai sauté le pas.

Et… je ne regrette pas! J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre les folies de Julie pour mieux connaître ce Ric Patatras. Beaucoup de scènes très drôles (ha, le coup de la boîte aux lettres, j’en ris encore!). J’ai hâte de lire le deuxième, quand il sera en poche!

  • The autobiography of a Mitroll. Tome 1: Mum is dead. Bouzard (BD)

mitroll

« Appelé au chevet de sa mère mourante, il apprend un terrible secret familial : son père, qu’il n’a jamais connu, serait un troll… »

Je connaissais le nom de cet auteur. Je n’ai pas accroché plus que ça. Ni à la narration, ni au graphisme, je n’ai pas lu le deuxième tome… mais en ce moment j’ai du mal à lire des BD, je n’y pense pas en journée (et je n’en lis qu’en journée, le soir, c’est un roman, c’est un rituel sacré!)

***

Si je devais retenir qu’un roman: Demain j’arrête, vraiment très drôle!

Pour d’autres idées, Méli et Leaureine sont fidèles au RDV!

Bonne semaine.